fbpx

Oui, nous choisissons d’être entrepreneuse, ça ne peut jamais être une contrainte, pourquoi ?

Si tu lis cet article, c’est peut être parce que tu n’as pas encore franchi le pas de l’entrepreneuriat (et que tu en aurais vraiment envie) ou parce que tu es en pleine création d’entreprise mais que tu te poses, encore, beaucoup de questions.

Pour t’éclairer, je vais te partager mon expérience.

Mon expérience de l’entrepreneuriat

J’ai toujours eu envie de devenir entrepreneuse, bien avant que le statut de micro-entrepreneur existe. J’avais envie d’indépendance, de pouvoir organiser mon temps comme je le souhaitais, de pouvoir travailler avec qui je voulais, et surtout d’avoir une activité qui me plaît, me passionne.

Donc, voilà ce m’a motivé au tout début. Il a fallu que je découvre en moi ce qui me passionnait : l’écriture, les livres, la communication, la relation avec d’autres, toujours être dans l’apprentissage de moi et des autres, donner et partager mon savoir.

Je me suis tournée vers une formation de community manager d’un an et j’ai énormément appris (bon, au départ, je n’y connaissais pas grand chose). Je me suis installée comme community manager mais aussi, j’avais déjà envie de former les entrepreneuses à leur communication digitale. J’avais choisi de rentrer dans une coopérative d’activités et d’emplois, un statut qui permettait d’être salariée de la coopérative et d’avoir des avantages non négligeable.

Et puis, j’ai eu envie de m’essayer à l’activité de bouquiniste web, en vendant des livres d’occasion sur le web, via deux plateformes (Amazon et Priceminister) et mon site internet. Pour cette activité, j’ai dû créé mon auto-entreprise. J’ai adoré découvrir de nouveaux auteurs, des personnes sympathiques qui me cédaient gratuitement leur livres, découvrir des livres anciens. Mais, les frais postaux étant de plus importants, la rentabilité n’était plus au rendez-vous pour ma petite entreprise. Par contre, j’avais créé une chouette organisation, par rapport à mes envoies, ma communication, les rendez-vous, la gestion du stock, mais aussi la gestion de ma vie de famille (à l’époque, j’avais des enfants qui étaient encore en primaire, d’autres au collège).

En 2015, retour à une activité d’accompagnement à la communication digitale auprès des entrepreneuses débutantes sous le statut de micro-entrepreneur. Et là, j’ai pu enfin me laisser aller à toute ma créativité, sur les articles, la création de vidéos et de lives, mes prestations. J’ai aussi testé différentes routines matinales, parce qu’il est vraiment important de débuter sa journée selon ce qui nous correspond. Par exemple, moi, j’aime me lever de bonne heure et à certaines périodes, je me levais à 5h15 du matin avec méditation, yoga, petit déjeuner. Mais, me lever si tôt ne me correspond plus. Je suis revenue à un horaire plus normale, 6h du matin.

Parce que c’est ça quand on est entrepreneuse, organiser son temps par rapport à son rythme de vie, c’est important (d’ailleurs, c’est aussi pour ça que l’on choisi d’être entrepreneuse, ne plus avoir d’horaires imposés). Alors, je ne dis pas que si vous n’êtes pas du matin, vous pouvez vous lever à midi, mais vous pouvez débuter votre journée en douceur et à un horaire qui vous convient.

Etre entrepreneuse, c’est aussi travailler où on le souhaite : Chez soi, dans un co-working, en louant un bureau ou une boutique, chez le client. Tout dépend de ton activité. Mais tu peux aussi choisir d’être nomad digital (ouais, c’est un mot à la mode), aménager un van, un camping car et partir à l’aventure !

Etre entrepreneuse, c’est aussi ne pas avoir un revenu fixe. Et oui, tu es la commerciale de ton entreprise et il va falloir chercher ton client. Comment ? En prospectant, en ayant une communication print et digitale qui te fasse connaître, qui montre tes compétences et ton expertise. Est-ce que toutes les entrepreneuses y arrivent ? Je ne vais pas te mentir, être visible auprès de sa cible, se faire reconnaître comme experte dans son domaine, ça prend du temps, il faut de la patience, de la constance et beaucoup d’énergie. Il faut aussi de l’empathie et ne pas être avare dans ce que tu donnes à ta communauté.

Etre entrepreneuse, c’est aussi, quelques fois, se prendre la tête avec sa moitié, ses enfants. Les périodes creuses, où tu seras peut être moins prolifique entraînera du stress et des revenus en baisse. Ta moitié ne comprendra peut être pas ton acharnement à faire vivre ton entreprise et cela entraînera des prises de bec ! Et puis, les enfants, sont perpétuellement dans la demande de sorties, d’attention, de toujours plus. Et toi, tu fais attention à ton budget, et bien sûr, il peut t’arriver de dire “non” ! Ce n’est pas facile, ça peut te faire mal au cœur, mais il faut leur faire comprendre avec les bons mots.

Etre entrepreneuse, c’est devoir faire face aux tracasseries administratives et elles sont nombreuses. Entre ton inscription à l’URSSAF, les déclarations trimestriels ou mensuelles, les impôts, les APL la recherche de logements (en location ou en achats), le congé maternité… le statut d’entrepreneuse est beaucoup moins facile à gérer.

Etre entrepreneuse, c’est aussi ne pas avoir forcément des clients adorables. Parce que oui, il y a des clients relous, qui ne te paient pas à la facturation, qui t’appellent à toute heure du jour ou de la nuit, qui ne t’envoient pas les documents à temps ou au compte-goutte, qui demandent la résolution d’un problème le week-end… Et il y a encore tellement d’autres exemples. Mais avec le temps, tu apprendras à les repérer et à refuser de travailler avec ce genre de clients.

Mais être entrepreneuse, c’est aussi :

  • faire de supers rencontres lors de réunions ou à distance
  • travailler avec des clients qui te ressemblent (donc parfaits pour toi)
  • faire de ta passion ton métier et ne plus avoir l’impression de bosser
  • offrir à ta famille une qualité de vie en terme de temps passé avec eux

Alors, oui, moi, j’ai choisi d’être entrepreneuse pour toutes ses raisons et ça me satisfait pleinement.

Je suis toujours en train de me former (une formation de copywriter authentique et la formation d’EQD business coach qui me permettra d’accompagner les entrepreneuses débutantes dans la globalité de leur création d’entreprise) et j’adore ça !

Conclusion

Etre entrepreneuse est un vrai choix de vie. Il faut le prendre en conscience et se faire entourer le plus possible par des professionnelles (ouais, le féminin, c’est intentionnel) de la création d’entreprise, de la communication digitale, de la communication visuelle, de l’organisation, etc.

Etre entrepreneuse, c’est aussi réfléchir sur soi, c’est pourquoi j’organise un webinaire “Révéler sa personnalité d’entrepreneuse” le 4 mars à 15h via zoom, tu trouveras toutes les infos ICI !